webleads-tracker

Buy The Way | Comprendre le développement front-office
23721
post-template-default,single,single-post,postid-23721,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
developer front - développeur guichet

Comprendre le développement front-office

L’histoire du développement Front

Au commencement du web, les possibilités pour les développeurs de créer des pages Internet étaient limitées. Il n’y avait à l’époque que la première version de HTML, puis rapidement est apparu le CSS. A partir de là, la personnalisation des pages web est devenue possible, bien que limitée.

Il aura fallu attendre de nombreuses années pour que le développement front-office (développeur guichet selon l’académie française) évolue vraiment.

Ce qui a principalement ralenti le développement de ces technologies, c’est le monopole d’Internet Explorer sur le marché des navigateurs Internet jusqu’en 2005.
Avec l’arrivée de NetScape (devenu Mozilla Firefox) puis de Google Chrome, et dans une moindre mesure de Safari sur Mac et iOS, les technologies front-office ont connu une rapide évolution.

Autrefois marginal, le JavaScript (langage rendu disponible par Mozilla dans son navigateur Netscape de l’époque) est venu assister le développeur web dans la réalisation d’interfaces plus dynamiques, animées ET moins « routinières ». Grace à la communauté de développeurs JavaScript, de nombreuses librairies ont pu naître, telles que jQuery et Mootools. En plus de donner aux développeurs la possibilité d’animer les pages web, ces librairies ont également démocratisé l’utilisation de la technologie AJAX, permettant principalement d’afficher un flux de contenus au sein d’une page web déjà chargée, sans recharger complètement la page web. A l’heure des smartphones et des tablettes, cela a permis une accélération de l’affichage des pages.

Le HTML et le CSS ont également largement évolué, depuis qu’Internet Explorer ne domine plus le marché des navigateurs. Actuellement en version 5 et 3, les possibilités se sont démultipliées. Cela a notamment donné naissance au « Responsive Web Design », permettant à une même page web de s’adapter à la fois aux écrans PC, tablette et smartphone.

Les technologies front-office ont également vu émerger des frameworks. Les deux plus célèbres étant Bootstrap (créé par Twitter) et Foundation (de Zurb). Ces frameworks constituent un ensemble d’outils, permettant le développement rapide de pages web de qualité pour tous les types de navigateurs et d’écrans du marché en respectant les normes du W3C (Organisme en charge de la standardisation du HTML et du CSS).

Le futur du développement Front Office

Depuis 2 ans, de nouvelles technologies front-office ont vu le jour, AngularJS, Node.js, Backbone.JS pour ne citer qu’eux. Elles ont permis le développement de web application en JavaScript.
Ce langage autrefois exécuté uniquement par le navigateur, s’est exporté du côté des serveurs, permettant la création de sites web entièrement en Javascript ( et forcément HTML/CSS ) sans utiliser de langage serveur, tel que PHP.

Depuis l’émergence de Node.JS (le javascript sans navigateur, avec une API prête au backend) un écosystème d’outils de développement frontend à également vu le jour, dont les composants sont basés en dépendance sur Node.JS, cela peut paraitre trop récursif, mais le Javascript ne cesse de croître en popularité, et il faut se faire une raison, c’est un très bon langage, c’est le langage du web aujourd’hui. Ces outils en frontend peuvent être yeoman (build manager pour project javascript frontend), Angular.JS (le framework frontend open-source par Google). En backend, nous utilisons aussi d’autres technologies, telles que PHP (Symfony 2, Laravel, …) mais aussi -et oui, encore- Node.

Ces missions front-office étaient effectuées par les intégrateurs web ou par les webdesigner eux-même. Aujourd’hui un nouveau métier est né : « le développeur front-office ».

Dimitri